Cocaïne

Cocaïne

40,00

La cocaïne est extraite des feuilles du cocaïer, arbuste cultivé en Amérique du Sud. Après plusieurs manipulations chimiques, elle est d’abord transformée en pâte base (aussi appelée basuco), puis en cocaïne en poudre de couleur blanche à jaunâtre (chlorhydrate de cocaïne). Le crack ou free-base à la forme d’un caillou de couleur blanche , Pour la cocaïne en poudre : coke, poudre, C, cc, caroline, neige, Calvin Klein

Compare

Share:

cocaine, acheter de la cocaïne, acheter cocaïne en ligne, cocaine acheter, acheter de la cocaïne en ligne, achat cocaïne, acheter cocaine

Acheter Cocaïne

PRESENTATION DE LA COCAINE

La cocaïne est extraite des feuilles du cocaïer, arbuste cultivé en Amérique du Sud. Après plusieurs manipulations chimiques, elle est d’abord transformée en pâte base (aussi appelée basuco), puis en cocaïne en poudre de couleur blanche à jaunâtre (chlorhydrate de cocaïne). Le crack ou free-base à la forme d’un caillou de couleur blanche , Pour la cocaïne en poudre : coke, poudre, C, cc, caroline, neige, Calvin Klein
Pour le crack ou free-base : le caillou, rocks
la pureté est en effet comprise entre 50 % et 80 %
Freebase : cocaïne base (libérée de son sel) en mélangeant le chlorhydrate (cocaïne poudre) avec de l’ammoniac (ou du bicarbonate de soude), ensuite chauffée jusqu’à apparition des cristaux (il s’agit de cocaïne sous forme de sa base libre) et ensuite lavée à l’eau, ceci pour éliminer toutes les traces d’alcali (ammoniaque, bicarbonate, etc.) ayant servi à sa préparation. Sous forme de sa base libre, elle est volatile, et se fume dans une pipe spécifique (parfois considéré comme analogue au crack). L’effet se fait sentir au bout de deux minutes et dure environ 30 minutes.

Teneur en cocaïne 2017
Le graphique 1 représente l’évolution des valeurs en cocaïne*HCl1 de 2007 à 2017. La teneur moyenne en cocaïne des échantillons testés au DIZ et au drug checking mobile s’élevait en 2017 à 78.8 % de cocaïne*HCl. On constate une augmentation de 2.1 % 2 par rapport à l’année précédente. La teneur en cocaïne dans les échantillons analysés variait fortement et s’élevait entre 0,1 % et 100,0 % de cocaïne*HCl. La teneur moyenne en cocaïne des échantillons testés au DIZ s’élevait à 79.0 %, au drug checking mobile à 77.3 %.
Sous la forme de poudre, la cocaïne se trouve exclusivement sous forme de sel (hydrochloride).
Les différences par rapport à l’année précédente sont indiquées entre parenthèses

cocaine, acheter de la cocaïne, acheter cocaïne en ligne, cocaine acheter, acheter de la cocaïne en ligne, achat cocaïne, acheter cocaine

MODE DE CONSOMMATION DE LA COCAINE

Sniffée : c’est le mode de consommation le plus courant
Injectée : par voie intraveineuse, seule ou associée à d’autres drogues, en particulier à l’héroïne (on parle alors de « speedball »).
Ingérée : généralement sous forme de parachute (dans une boulette de papier à cigarette) ou diluée dans une boisson.
Fumée, inhalée : la cocaïne ne peut pas être fumée. (Mais mélangée avec du bicarbonate de soude ou de l’ammoniaque, elle se transforme en crack/free base qui peut alors être fumé ou inhalé).
C est différentes modes de consommations seront mieux expliqué plus bas

La voie orale : La drogue est absorbée par la bouche comme un aliment ou un médicament. Selon sa présentation, elle sera gobée, machée ou bue.

sniff

Le « sniff » : La drogue sous forme de poudre est aspirée par le nez à l’aide d’une paille. Ce mode de consommation entraîne fréquemment des irritations des muqueuses nasales,

injection

L’injection : La drogue liquide ou mélangée à un liquide est injectée par piqure intraveineuse ou intramusculaire à l’aide d’une seringue.

L’inhalation : Si la drogue est un produit volatil ou gazeux, elle est simplement respirée. Sinon elle est préalablement déposée dans une cuillère, une boîte métallique ou sur une plaque de métal et chauffée avec une flamme de briquet ou tout autre moyen. Les vapeurs ou fumées dégagées sont aspirées par le nez. Ce mode de consommation est parfois dénommé « chasser le dragon ».

narguilé

La fumée : La drogue est fumée par la bouche sous forme de cigarette, dans une pipe ou un narguilé parfois bricolé avec des canettes ou des bouteilles plastiques et appelé « bang ».

Elle est parfois mélangée avec du tabac et roulée en cigarette pour former un « joint ». Ce mode de consommation est très utilisé pour la résine de cannabis.

D’autres modes de consommation sont parfois utilisés de façon très ponctuelle et rare : gouttes dans l’oeil ou ingestion rectale par exemple.

Il faut remarquer qu’une même drogue fait souvent l’objet de différents modes de consommation.

cocaine, acheter de la cocaïne, acheter cocaïne en ligne, cocaine acheter, acheter de la cocaïne en ligne, achat cocaïne, acheter cocaine

EFFETS RECHERCHER

L’intensité des effets varie selon chaque personne, le contexte dans lequel elle consomme, la quantité et la qualité de produit consommé.

La cocaïne est un stimulant qui produit un effet énergisant et diminue les sensations de fatigue. Ses effets varient selon le mode de prise, la quantité et la qualité du produit, mais aussi selon la personne qui la consomme et le contexte de consommation.

Elle procure :

une exaltation de l’humeur
un sentiment de toute puissance intellectuelle (confiance en soi et impression de lucidité accrue) et physique (grande énergie)
une indifférence à la fatigue et à la douleur
une aisance pour communiquer avec les autres
une stimulation du désir sexuel

Durée des effets :

Sniffée : La cocaïne passe dans le sang en 2 à 3 minutes. Les effets durent entre 30 et 60 minutes.
Injectée : Le passage dans le sang est immédiat quand la cocaïne est injectée. L’effet maximal est atteint en 10 minutes et dure 30 minutes.
Ingérée : Par voie orale, il faut 30 minutes à la cocaïne pour passer dans le sang, et 50 à 90 minutes pour que l’usager ressente les effets. Ils disparaissent après 1 à 2 heures
Mais une autre raison d’associer les deux produits est qu’ils vont démultiplier leurs effets. Les recueils d’impressions de terrain chez les usagers concordent avec les résultats d’administration expérimentale comme le montre une étude dont le protocole comportait la consommation de 5 verres aboutissant à une alcoolémie d’environ 1,2g/l et l’administration intra-veineuse de cocaïne aux doses de 0,3 – 0,6 et 1,2 mg/kg. L’addition d’alcool amplifie l’euphorie procurée par la cocaïne, probablement parce que les deux produits augmentent séparément la concentration de dopamine . Elle atténue aussi les troubles psychomoteurs (démarche ébrieuse, imprécision des gestes…) engendrés par l’alcool.

Boire de l’alcool en prenant de la cocaïne permet donc d’augmenter et de prolonger les sensations stimulantes et, d’autre part, d’atténuer les manifestations désagréables ressenties lors de la descente.
Le côté « bénéfique » du mélange n’est toutefois pas sans effets secondaires. La prise concomitante de cocaïne et d’alcool conduit à la synthèse dans le foie d’un métabolite actif, le cocaéthylène, à raison d’environ 20% de la dose de cocaïne. Cette molécule a des propriétés psychoactives mais aussi une toxicité très proches de celles de la cocaïne, tout en étant éliminée 3 fois moins vite, ce qui prolonge d’autant l’effet nocif sur le cœur. On sait que la cocaïne seule augmente la fréquence cardiaque et la tension artérielle, mais le mélange alcool-cocaïne les augmente encore plus et le risque de mort subite par arrêt cardiaque est 22 % plus important.

études menées jusqu’alors n’ont pas trouvé d’explication satisfaisante à ce sur-risque de toxicité cardiaque.
en plus des effets secondaires connus et du fort potentiel de dépendance psychique de la cocaïne, la présence toujours fréquente de lévamisole comme produit de coupe pharmacoactif représente, surtout pour les consommateurs réguliers, un risque sur la santé difficile à évaluer. Le lévamisole ne provoque pas d’effets secondaires aigus, mais a plutôt des conséquences à long terme, p.ex. il affaiblit le système immunitaire. Il est courant de trouver du lévamisole dans des échantillons à forte teneur en cocaïne. En plus du lévamisole, la teneur très variable en cocaïne est un autre risque sous-estimé. Plus la teneur en cocaïne est élevée, plus grand est le risque de surdosage. La cocaïne fortement dosée exerce une forte pression sur le système cardio-vasculaire et, sous certaines circonstances et conditions physiques, peut provoquer une crise cardiaque

cocaine, acheter de la cocaïne, acheter cocaïne en ligne, cocaine acheter, acheter de la cocaïne en ligne, achat cocaïne, acheter cocaine

COMMENT REDUIRE LES RISQUES

Toute consommation expose à des risques. Il est toujours préférable de s’abstenir, en tout cas de reporter la consommation, quand on se sent fatigué, stressé, mal ou qu’on éprouve de l’appréhension. Il est également préférable de consommer avec des gens de confiance, dans un contexte rassurant.

Attention aux doses : les premières fois, attendre de connaître les effets sur soi avant de chercher à consommer plus ou plus souvent.
Eviter de prendre de la cocaïne en cas d’antécédents d’épilepsie, d’hypertension, de troubles psychiatriques, de troubles cardiaques ou d’asthme
Boire de l’eau régulièrement pour éviter la déshydratation.
Ne pas conduire de véhicule ou entreprendre une activité qui nécessite de la vigilance.
Éviter de consommer plusieurs produits en même temps. Ne pas consommer avec de l’alcool (toxicité au niveau du foie, risques d’infarctus et de mort subite…).

En cas de consommation en sniff, ne pas partager sa « paille » pour éviter la transmission de l’hépatite C.
En cas d’injection, utiliser sa propre seringue pour éviter la transmission de l’hépatite C et du SIDA.
Si vous vous sentez mal (Sensation de « tomber dans les pommes « ) : Appelez les secours, allongez-vous jambes relevées, mangez quelque chose de sucré, buvez de l’eau, reposez-vous.
Si vous êtes témoin d’une situation où une personne perd conscience : Appelez les secours. Si la personne respire, allongez-la sur le côté, et enlevez tout ce qui peut gêner la respiration (col, ceinture…)
Conseils spécifiques au sniff :

Utiliser une paille à usage unique de préférence dans un matériau qui ne soit pas agressif pour les cloisons nasales. Ne pas partager sa paille afin de réduire les risques de contamination par l’hépatite B ou C. En cas d’irritation nasale, ne pas renouveler les prises.
Utiliser un kit Strawbag disponible auprès des associations de réduction des risques ou de lutte contre le sida (CAARUD). Ils peuvent également être commandés à distance auprès de Safe ou de certains CAARUD et être envoyés par la poste à votre domicile . Le kit contient : deux pailles à usage unique, une coupelle miroir, deux mouchoirs en papier, deux cotons-tiges imprégnés d’huiles naturelles adoucissantes, un préservatif masculin et une dose de lubrifiant, deux doses de sérum physiologique.

Un quart d’heure après avoir sniffé, il est recommandé de se rincer le nez avec de l’eau stérile afin de débarrasser la paroi nasale des résidus et de la coupe restante souvent irritante Ne jamais partager sa paille, car un seul échange de paille expose à un risque de contamination à l’hépatite C.
Enduire les narines d’huile d’amande douce pour éviter les irritations.
Se brosser les dents une heure après la consommation en insistant sur les molaires du fond car elles subissent l’action corrosive de la poudre.

cocaine

acheter de la cocaïne, acheter cocaïne en ligne, cocaine acheter, acheter de la cocaïne en ligne, achat cocaïne, acheter cocaine

Contactez Nous

Customer reviews
  • 0
    0 ratings
  • 5 Stars
    0%
    4 Stars
    0%
    3 Stars
    0%
    2 Stars
    0%
    1 Star
    0%
Reviews

There are no reviews yet.

Write a customer review

Be the first to review “Cocaïne”

TOP

X
💬 WhatsApp Nous